• Jaz
  • L’histoire

L'histoire

Il était une fois,Jaz
1919

La Compagnie Industrielle de Mécanique Horlogère est créée par le Suisse Louis Gustave Brandt, par ailleurs fondateur d’Omega, et l’ingénieur français Ivan Benel. Ce dernier, constatant qu’aucune marque distincte ne différenciait les réveils présents sur le marché, prend le parti de fonder, en juillet de la même année, la marque JAZ et d’apposer sa griffe sur ses produits.

D’où venaient, présentés côte à côte avec les réveils de fabrication française, ces innombrables appareils que leur aspect vulgaire reléguait n’importe où? D’Allemagne, d’Amérique et du Japon. Il y avait là, incontestablement, une place à prendre, un marché à s’ouvrir. Mon pari se dessina.Ivan Benel

Le premier modèle de JAZ, le Classic, ne l’est pas, c’est une petite révolution dans le monde horloger : le Timbre est usiné de façon à émettre une fréquence voisine du Ré musical, la fameuse sonnerie cristalline typique des JAZ est née !

Aussi, le bouton d’arrêt de cette sonnerie est placé au-dessus de la boite, ce qui est un geste nouveau et naturel pour éteindre cette sonnerie.

1923

Notons ceci : « Jaz », jamais « réveil Jaz » : c’est inutile et même nuisible. On ne parle plus de réveil, il n’existe plus ce mot, il est remplacé par son synonyme : un Jaz. Et partout, simples et vigoureux, dans un cartouche se détachent à la fin du film ces mots : Industrie Française.

C’est une signature… c’est même un appel.

Georges Scemama Publicitaire
1924
Nous avons, à titre d’essai, envoyé à des amis d’affaires en Asie quelques réveils… Comment songer à lancer un réveil totalement inconnu, et français par-dessus le compte, dans un pays déjà sursaturé de marchandises? Et puis, coup sur coup, câbles et lettres pour nous passer commande.Plusieurs milliers de réveils partent demain et ce n’est qu’un début.Ivan Benel
1941
Le Jaseur fait son apparition

Sous l’occupation allemande, la musique « Jazz » est suspect, pro-américaine, et la censure est contournée en ajoutant le dessin d’un oiseau jaseur, oiseau migrateur de la taille d’un étourneau. Le succès continue, en 1943, le dix millionième réveil est produit, à la Libération, JAZ devient la première marque horlogère française.

1957

Des années 50 aux années 1970, c’est l’âge d’or du réveil et des Jaseurs. En 1957, le 20 millionième JAZ est vendu et c’est plus d’un million de réveils, d’horloges, de pendules et de montres qui sont produits chaque année. JAZ est largement leader en France, détenant le tiers du marché, et exporte aussi 20% de son catalogue à l’étranger, notamment l’Italie, l’Espagne, l’Inde et le Brésil.

1974
En pleine majesté

Avec le lancement des montres, le succès des réveils électriques, la publicité efficace et l’excellente distribution des produits, JAZ atteint un taux de notoriété en France de 87%, un rêve pour les services marketing… L’export n’est pas en reste, couvrant 74 pays pour un chiffre d’affaires de 35 millions de Francs.

1983

Bousculé par les quartz japonais en Europe, JAZ contre-attaque en Amérique, en s’appuyant sur la recette du « made in France ». Et cela marche! JAZ y devient la première marque d’horlogerie française, avec 200 000 montres et 100 000 réveils et pendules vendus au pays de Timex et d’Hamilton.

1989

Les temps sont durs pour les produits d’horlogerie fabriqués en France. Jaz n’y échappe pas, et choisi de se positionner dans le haut de gamme et le rétro face à la concurrence « plastique-quartz » asiatique. Des rééditions de luxe en bakélite et bois précieux sont réalisées dans cet esprit.

1998

Le « made in France » n’est plus, faute à la concurrence asiatique à bas coût et à bas prix. JAZ accompagne le mouvement et se fournit essentiellement en Asie pour sa gamme quartz Jaz Tech. Mais sa gamme Jaz 1919, en matières nobles, continue d’assurer la continuité et la tradition française.

Jaz, depuis 1919
Aujourd'hui,Jazl'aventure continue